Ru Ru

C) Économie

Sergueï Tsoukhlo
1 Novembre 2019

Les substitutions d’importations dans l’industrie russe

Comme toute l’économie du pays, l’industrie de Russie vit, depuis la dévaluation du rouble en décembre 2014, avec un nouveau cours de la devise nationale et dans le contexte d’une politique de substitutions d’importations. Ces dernières années ont permis à tous les acteurs du processus de faire l’expérience de ces conditions, de vérifier concrètement la validité de leurs idées sur l’utilité et les conséquences de la dévaluation du rouble pour l’économie russe, de s’adapter aux fluctuations de la devise nationale, de formuler leur vision des problèmes et des succès des substitutions d’importations. 

Le présent article vise à généraliser les principaux résultats des observations effectuées, entre 2014 et 2018, par le Laboratoire des sondages conjoncturels de l’Institut de politique économique E. Gaïdar, à partir d’enquêtes réalisées auprès de dirigeants d’entreprises industrielles. Précisons d’emblée que ces entreprises ne sont pas interrogées en tant que productrices de marchandises russes, à même, dans le cadre de la politique de substitutions d’importations, d’évincer du marché des importations concurrentielles, mais en tant qu’acquéreuses de machines et d’équipements, de matières premières et de matériaux d’importation, contraintes, dans un contexte d’interdiction administrative des importations et/ou d’augmentation des prix due à la dévaluation, de trouver des équivalents russes... [À SUIVRE]  
Cet article est tiré de notre dernier Rapport annuel. Pour l'instant, cet article est disponible uniquement dans l'édition imprimée de notre rapport annuel. Il sera publié in extenso après la sortie du prochain volume.

Pour plus d'information sur notre rapport annuel, ou pour passer commande d'un exemplaire, rendez-vous ici.