Ru Ru

Brèves moscovites : mais qui sont donc ces « Gens nouveaux » ?

Clément Marcoux Clément Marcoux
28 Septembre 2021
Par Daria Frantz, chargée de projets éditoriaux à l'Observatoire franco-russe, et Clément Marcoux, chargé de mission à l'Observatoire franco-russe.

« Gens nouveaux » est le premier nouveau parti à faire son entrée à la Douma d’Etat en 18 ans. Créé en mars 2020 par Alexeï Netchaïev, le fondateur d’une entreprise de cosmétiques, le parti cible ex-plicitement les classes moyennes jeunes et urbaines aux sensibilités politiques libérales. Il s’agit de séduire un électorat ne se reconnaissant ni dans Russie unie ni dans l’opposition systémique et qui risquerait autrement de se tourner vers l’opposition « hors-système ». Le programme du parti met l’accent sur des sujets consensuels mais qui parlent à cette catégorie tels que le développement du « capital humain » à travers l’éducation et la formation.
Sa figure la plus médiatisée a sans conteste été celle de Sardana Avksentieva, ancienne maire de Iakoutsk et en deuxième position sur la liste. 
Une des rares maires de grandes villes à avoir battu en 2018 un candidat de Russie unie, elle s’était fait connaître pour sa lutte contre le gaspillage de l’argent public, lui valant le sobriquet de « Maire du peuple ». Issue du sérail après une carrière dans l’administration publique et comme consultante politique, l’édile avait flirté avec une opposition plus frontale aux autorités en déclarant par exemple trouver Alexeï Navalny « sympathique » ou en s’opposant à la réforme constitutionnelle de 2020. Elle s’était cependant bien gardé de critiquer Vladimir Poutine ou de remettre en cause fondamentale-ment le système. Avksentieva avait finalement démissionné de ses fonctions en janvier 2021 sous la pression des autorités. En acceptant ainsi d’éviter un scénario « à la Khabarovsk », elle s’était néanmoins préservée la sympathie des autorités et il était à l’époque question de lui offrir une place de député sur la liste de Russie unie.

Comme une série d’autres partis nés en mars 2020, les « Gens nouveaux » semblent avoir été créés à l’initiative de l’administration présidentielle et son leadership entretient de multiples liens avec le chef du bloc de politique intérieure Sergueï Kirienko. Ainsi le neveu d’Alexandre Davankov, qui préside le comité exécutif du parti, est-il le directeur adjoint du projet « Russie : pays d’opportunités », une ini-tiative de Kirienko. Alexeï Netchaïev lui-même siège d’ailleurs au comité central du Front populaire panrusse. On notera aussi le rôle d’Evgueni Mintchenko pour épauler Sardana Avksentieva et gérer son image.

Le parti a pris de court la plupart des observateurs en entrant à la Douma. Ceux-ci lui promettaient un score entre 3 et 5% qui l’aurait rendu éligible à un remboursement de ses frais de campagne sans pour lui ouvrir les portes de la Chambre basse. S’il semble avoir profité de la mobilisation de « ressources administratives » dans plusieurs régions et d’une importante exposition médiatique, cela ne saurait occulter l’intérêt véritable qu’a suscité le parti auprès d’une fraction de l’électorat. Au-delà de son rôle de « spoiler » de l’opposition libérale, il aura joué un double rôle au profit de Kirienko : affaiblir l’opposition systémique, avec laquelle il entretient des relations mouvementées depuis sa nomination, et saper encore un peu la mainmise de son rival et prédécesseur Viatcheslav Volodine sur la Douma d’Etat.

Désormais, pour demeurer un acteur pertinent, les « Gens nouveaux » devront trouver un espace entre leur électorat essentiellement libéral et un système qui laisse de moins en moins de place à l’opposition parlementaire. Vladimir Poutine leur a peut-être montré la voie dans une rencontre virtuelle avec les dirigeants des partis parlementaires le 25 septembre, estimant que le parti pourrait représenter les intérêts des partis n’étant pas parvenu à entrer à la Douma. Ils pourraient également se tourner vers la politique régionale, alors qu’ils disposent d’ores et déjà de nombreux élus à l’échelon local. « Gens nouveaux » avaient fait du retour de l’élection des maires au suffrage direct et d’une plus grande autonomie régionale une pierre angulaire de leur campagne.

Source photo : www.duma.gov.ru et la page Instagram du parti Gens nouveaux.
Derniers blogs