Ru Ru

« 3 questions à » Mikhaïl Vinogradov sur les conséquences des manifestations du 23 janvier 2021 et le sort d'Alexeï Navalny

Mikhaïl Vinogradov Mikhaïl Vinogradov
29 Janvier 2021
Mikhaïl Vinogradov, président de la Fondation politique pétersbourgeoise.

1. Quelle est votre évaluation des manifestations de samedi dernier et de leurs conséquences ?

À mon avis, les manifestations de samedi n'étaient pas très différentes des manifestations de jeunes de 2017 après les vidéos d'Alexeï Navalny sur Dmitri Medvedev, ou, d’une certaine façon, des manifestations (autorisées et non-autorisées) de 2019. Il y a un puissant déchainement émotionnel et une mobilisation assez sérieuse, mais pas record. D'autre part, l’expression de cet élan émotionnel était en partie une fin en soi pour les manifestants qui ne savent pas quelle sera l'étape suivante, ni comment va évoluer la situation et quel agenda peut émerger. Jusqu’à présent, ce ne sont pas les manifestants qui fixent l’ordre du jour, mais les autorités elles-mêmes avec leurs actions irritantes.

2. Qu’est-ce qui attend Alexeï Navalny après 30 jours de détention pour avoir violé les conditions de son contrôle judiciaire ?

Les autorités russes ont traditionnellement tendance à estimer que Navalny en détention est plus dangereux que Navalny en liberté, parce que cela en fait un symbole – y compris pour ceux qui ne sont pas satisfaits de son action – plus difficile à attaquer et à critiquer. Une sorte de barrière éthique se dresse, et moins Navalny est sous l’œil du public, moins il fait d'erreurs, et plus il est difficile de l'accuser de quoi que ce soit.

Peut-être y a-t-il eu un déclic et l'empoisonnement (en admettant que l’Etat soit impliqué sous une forme ou sous une autre) a-t-il conduit à un changement dans l'attitude du gouvernement envers Navalny, et l'accent sera-t-il mis désormais sur l'isolement de ce dernier du reste de la scène politique. Quoi qu’il aurait été logique, d'un point de vue tactique, d'assigner Navalny à résidence, afin de manipuler le mouvement de protestation. Cela couperait l’herbe sous le pied de la contestation et la réduirait à sa rhétorique anti-Poutine, qui a certaines perspectives mais, du moins aujourd'hui, ne semble pas aussi mobilisatrice et émancipatrice que la demande de libération de Navalny.

3. Faut-il s'attendre à des conséquences politiques à court ou moyen terme en rapport avec l'arrestation de Navalny ? De quel type ?

Je pense que l'opposition elle-même, la contestation elle-même, sont incapables d’engendrer ces conséquences pour le moment, et cela dépend donc beaucoup de la réaction des autorités. La démarche la plus logique de leur part serait de ne pas prêter beaucoup d'attention aux événements du 23 janvier, qui, dans l'ensemble, se sont soldés par un match nul : les deux parties n'ont rien oublié, ni appris. Elles peuvent même chercher à revenir au statu quo ante, en pariant sur le fait que le mouvement va s'éteindre, comme à Khabarovsk ou en Biélorussie, et quelque part en se permettant même de « relâcher la pression » maintenant, afin qu'elle ne s'accumule pas avant les élections législatives de cet automne.

Mais le scénario le plus rationnel ne signifie pas le plus probable. Nous avons vu la semaine dernière que les autorités exagéraient l'importance et l'ampleur des éventuelles manifestations, et qu’elles ont elles-mêmes lancé une campagne pour informer les citoyens sur les manifestations et, indirectement donc, sur la vidéo de Navalny à propos du palais de Gelendzhik. Aujourd'hui, les autorités russes font des démentis presque quotidiens sur le palais, ce qui s’est avéré être contreproductif jusqu’ici. En d'autres termes, elles ne peuvent s'empêcher de parler des manifestations et des troubles. Ce sont là les principaux risques pour les autorités : une réponse trop dure qui pourrait remobiliser la contestation, ou bien des signes d’une nervosité trop importante. Il semble qu’elles aient habituellement tendance à surestimer ou sous-estimer les mouvements de protestation. Aujourd’hui, à l’évidence, elles surestiment leur portée.
Derniers blogs